DETTE DE LA FRANCE

    DETTE PAR HABITANT

    Fonction publique


      Le 03/04/2014

      Gouvernement Valls : quel changement pour les contribuables?

      Sous la 5ème République, le pouvoir appartient au Président de la République. Le Premier ministre n’est que son « collaborateur », comme Nicolas Sarkozy avait appelé son Premier ministre. C’est pourquoi les contribuables ne doivent pas s’attendre à beaucoup de changement, malgré l’arrivée de Manuel Valls qui aurait pu avoir de bonnes idées d’un point de vue économique.

      Le 21/03/2014

      L’assistanat ruine la France [Enquêtes du contribuable 4]

      Découvrez dès à présent le 4e numéro des Enquêtes du contribuable, le magazine bimestriel des contribuables. Ce numéro se penche sur un des plus terribles fléaux de notre pays : l’assistanat, qui ruine la France, décourage le travail et avilit les Français. Disponible dès maintenant en ligne, et sortie en kiosque le 28 mars.

      Le 20/11/2013

      Pourquoi la France va mal : le rapport que ne veut pas voir François Hollande

      Le gouvernement a voulu empêcher la publication de ce rapport de l’OCDE qu’il avait pourtant lui-même commandé. Après des mois de reculade, le rapport est enfin rendu public, pour révéler un secret de Polichinelle : la France n’est plus compétitive, et les raisons de nos difficultés sont connues, bien que le gouvernement semble vouloir continuer à les ignorer : 35h, emplois aidés, coût du travail aberrant, fonction publique tentaculaire ; un monceau de dépenses publiques. Ce rapport dessine en creux un vaste programme de réformes nécessaires pour redresser la barre. Mais y a-t-il un capitaine qui la tienne ?

      Le 02/10/2013

      Chiffres du chômage : on y croit un peu, beaucoup… pas du tout !

      Chiffres du chômage, « pause fiscale », baisse des impôts… le gouvernement s’embrouille dans ses annonces, et ces cafouillages ne font que confirmer un peu plus la méfiance des contribuables. L’enfumage, c’est maintenant ? On demande des politiques à l’écoute des vrais besoins des Français, capables de sortir de l’idéologie et du médiatiquement correct.

      Le 01/07/2013

      Les contrats aidés coûteront 3 milliards d’euros aux contribuables en 2014

      C’est un principe qui se vérifie tous les jours maintenant : que fait François Hollande quand il n’a plus d’argent ? Il continue à dépenser. Et surtout dépenser dans des subventions, des aides, des soutiens, des politiques qui ne réussissent pas, qui ne produisent pas, qui n’aboutissent pas. François Hollande est convaincu d’une chose : la relance économique ne peut se faire que par l’Etat. En clair, et malgré les affirmations de Jean-Marc Ayrault ou d’autres ministres, cela signifie toujours plus de dépenses publiques.

      Le 17/06/2013

      L’erreur économique des emplois subventionnés

      Voilà ce que dit François Hollande, Président de la République, le 16 juin 2013 dans l’émission « Capital » sur M6 : les emplois subventionnés sont justifiés par le manque de croissance. Emplois d’avenir et contrats de génération seraient donc les réponses adéquates lorsqu’il n’y a pas de croissance économique. Rien de plus faux évidemment, et les contribuables apprécieront !

      Le 15/05/2013

      Les emplois d’avenir n’ont plus d’avenir

      Ça ne marche pas ! Les emplois d’avenir, mesure phare de la politique de lutte contre le chômage, constituent un échec patent. Ils illustrent la limite de l’intervention de l’Etat. Pire : les emplois d’avenir sont devenus le symbole de l’impuissance de l’Etat-Providence, de sa capacité à perdre un temps précieux, de son autisme caractérisé par le refus de voir l’évidence, de son ignorance des dynamiques économiques. Ces emplois aidés ne sont en aucun cas une solution au chômage. Ils sont encore moins une solution à l’insertion professionnelle. Ils ne sont qu’un gaspillage de l’argent des contribuables.

      Le 22/04/2013

      Emplois d’avenir : les contribuables financent la discrimination et l’insertion

      Il est des mesures qui se heurtent à la réalité et se désagrègent après ce choc violent. Ce pourrait être le cas des emplois d’avenir. Au premier trimestre 2013, la prévision était de faire signer 25.000 emplois d’avenir et garder ce rythment trimestriel pour parvenir au 100.000 à la fin de l’année 2013. Mais le dispositif ne décolle pas : 10.000 contrats ont été signés durant le premier trimestre, ce qui laisse présager qu’à peine 50.000 emplois d’avenir seraient mis en place en 2013. Cette mesure anti-chômage financée par les contribuables ne fonctionne pas. Elle est un échec annoncée.

      Le 13/03/2013

      La réalité des emplois d’avenir : petite solution, grand gaspillage

      Inverser la courbe du chômage ! Relancer l’emploi ! Ces leitmotivs de l’action gouvernementale, scandés à tours de discours par le Président de la République François Hollande, ne peuvent cacher la réalité : l’incapacité du politique à agir sur l’économie et sa capacité à gaspiller l’argent des contribuables.

      Le 11/02/2013

      L’avenir des emplois d’avenir

      Les emplois d’avenir, les contrats de générations, les emplois francs, aucun de ces emplois ne reposent sur une réalité économique. Ils n’existent que parce qu’ils sont subventionnés par l’argent des contribuables. En ce sens, ce sont des emplois fictifs qui ne servent qu’à limiter la hausse du chômage, rien de plus. Certaines déclarations ministérielles dévoilent ce que sont ces types d’emplois.

      Le 25/01/2013

      Les trois types d’emplois aidés pour la jeunesse qui vont être financés par les contribuables

      « J’ai fait de la jeunesse la première priorité du quinquennat » annonce François Hollande lors de ses vœux à la jeunesse, formulés le 23 janvier 2013 à Grenoble. Une jeunesse qui doit être assistée, puisqu’il a décelé « le besoin d’être accompagnée, parrainée, d’avoir des repères pour les premiers moments de la vie ». Alors il dresse ce constat : « 500.000 jeunes de moins de 25 ans sont au chômage, le taux de chômage des jeunes s’élève à 25% de la population d’une génération. » Il se pose donc en seul recours possible pour que les jeunes trouvent un emploi et là il innove : non content de subventionner l’emploi pour les jeunes, il subventionne aussi leur recherche d’emploi ! Cela ne s’était jamais fait auparavant. C’est peut-être cela le changement, qui sait ? Le contribuable appréciera.

      Le 08/01/2013

      L’emploi aidé : un assistanat créateur de chômage

      « La théorie économique montre qu’à court terme la réduction des dépenses a plus d’effets récessifs que la hausse des impôts ». En d’autres termes, il ne faut pas réduire les dépenses publiques et il faut augmenter les impôts, c’est bon pour l’économie ! Les contribuables apprécieront. Ils apprécieront d’autant mieux que l’auteur de cette phrase n’est autre que Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget, qui s’exprimait alors dans une interview pour le magazine Capital de novembre 2012.