DETTE DE LA FRANCE

DETTE PAR HABITANT

Le 18/11/2009

Le Coût de la santé augmenté de moitié en France

Il est intéressant de comparer la réforme américaine avec l’absence de réforme française. Le seul argument concret en faveur de la réforme Obama est le coût de la santé pour les Américains. Mais qu’en est-il en France ?

La réponse vient d’être donnée par une étude présentée par notre confrère Les Echos qui chiffre la hausse du coût de la santé pour les ménages français, entre 2001 et 2008, à près de 50% en moyenne. D’après les calculs de l’institut Jalma, les ménages français qui consacraient 7,4% de leur budget à la santé en 2001 lui affectent en 2008 11%. Sans doute la hausse varie-t-elle avec la composition du ménage, les plus frappés sont naturellement les ménages de seniors, et les plus abrités les jeunes ménages qui bénéficient d’assurances maladie collectives de la part de leur employeur. Les auteurs de ce rapport font remarquer que la hausse des dépenses n’est pas due aux règlements effectués par les caisses d’assurance maladie obligatoires (CNAM et autres), qui contribuent à 78% des dépenses totales. Bien au contraire, la Sécurité Sociale a « maîtrisé » ses coûts en les reportant sur les assurés, de sorte que ceux-ci ont cherché une couverture complémentaire à celle du monopole public.

En fait, c’est le système de santé en lui-même qui est coûteux. « Dit autrement, commente Géraldine Vial, l’accumulation de réformettes comme les franchises, le déremboursement de certains médicaments, l’augmentation régulière du forfait hospitalier ou la généralisation des dépassements d’honoraires, finit par peser lourd ». Et de constater que, naturellement, ce sont les assurés aux revenus les plus modestes qui éprouvent les pires difficultés à assumer ce budget santé. Où est la solution ? Certainement pas dans une solidarité intergénérationnelle évoquée par les auteurs de l’étude, mais bien dans une totale refonte du système : tant qu’il y aura un monopole public de l’assurance maladie, et une part dominante des hôpitaux publics dans les établissements de soins, les coûts ne cesseront d’augmenter.

La vraie solution est dans la privatisation, la concurrence, la liberté d’exercer la médecine libérale, et surtout la mise en place de contrats d’assurance maladie qui responsabilisent les assurés. A force de réduire la santé à un « droit social », on en oublie qu’elle est affaire de prévoyance et de responsabilités personnelles.

article extrait du site libres.org

Cet article est taggé dans: ,

  • Kevin D

    Article Affligeant.

    Les solutions proposés sont juste la privatisation des soins ! Sans aucun argumentaire !

    Dire que l’auteur de cet article croit que privatiser la santé va faire baisser les coûts… incroyable !

    Et oser comparer avec le système de santé américain où le coût de santé par patient est le double qu’en France pour une qualité moindre, c’est affligeant !

    Vous devriez avoir honte de vos propos, de votre argumentaire inexistant et surtout de proposer la chute de notre système de protection de santé, surtout pour les 2 pauvres arguments totalement faux que vous avancez.
    Cet article montre seulement votre méconnaissance totale des vrais chiffres du coût de la Santé.
    Vous vous basez sur des chiffres très particulier pour offrir des résultats d’analyse générale, il y a ici un énorme défaut d’analyse.
    Vous êtes journaliste ? ou juste membre d’un trust antisocial ? C’est à se demander !

  • czapraga

    Votre article est apauvrissant
    vous ignorez les ordonnances de 1946 et ce qui fait le fleuron de notre protection sociale.
    Certain pays nous envient dont les usa
    Vous semblez ingnorer que l’ETAT doit des sommes considérables à la sécu.
    Vous faites l’apologie des assurances privées, c’est votre droit mais vous vous tropez; regardez ce que celq a donné d

  • czapraga

    Votre article est simplement apauvrissant et très réducteur.

    Vous semblez oublier que l’ETAT doit des sommes considérables à la sécu

    Je vous conseille de revoir l’histoire de la sécu, vous verrez qu’elle est enviée par bon nombre de pays.
    Vous faites l’apologie de assurances privées qui ont fait parler d’elles récemment!!
    Regardez ce qui se passe aux USA, l’ETAT providence que vous dénoncez est obligé de combler les absences de couverture sociale à des millions de citoyens qui n’ont pas les moyens que vous semblez avoir pour se protéger
    Regardez aussi ce qu’il s’est passé en Angleterre avec la privatisation des chemins de fer; aujourd’hui c’est le contribuable qui doit mettre encore une fois la main à la poche pour remettre en état le réseau en conformité
    Enfin, votre aveu d’impuissance  » vos yeux pour pleurer » et votre apologie des privatisations et des assurances privées ne sauront atteindre le mot SOLIDARITE que vous semblez ignorer.
    Toutes les bastilles et les murs de l’argent ne sont pas encore tombées mais ça viendra!!

  • czapraga

    Vous me demandez de ragir à cet article et ne reprenez pas le mien;, ai-je été trop direct ou vous ne supportez pas la contradiction?
    Je persiste et signe à dire que faire l’apologie des privatisations alors qu’elles ont montré la perversité de l’argent c’est de la pure provocation
    Notre protection sociale est enviée dans de nombreux pays du monde
    Le président des USA, avec beaucoup de mal, va enfin organiser une protection sociale pour les plus démunis; qui peut trouver à redire alors que des millions d’habitants de cette puissance du monde n’ont plus rien; certains ont tout perdu du fait de la crise du système capitaliste

    Il y a encore de nombreux murs de l’argent à faire tomber; c’est le sens de mon article

  • nicolas

    je suis pas complétement en accord avec votre article il me semble très juste à un titre : la responsabilisation des patients . il est certain que le tout gratuit est très néfaste et à ce titre la CMU ne devrait pas exister. il est aussi évident que certaines pathologies lourdes ne peuvent être pris en charge par les patients eux même . Certains actes ne devraient plus être remboursé par la sécu , la consultation chez le médecin à 21 euros par exemple et la j’entends déja la plupart criez à l’assassinat des défavorisés mais sachez que la plupart de ces gens là fument au moins un paquet par jour à 5 euros alors je pose la question : qu’elles doivent être les priorités de dépense dans un ménage et que finançons nous réellement dans par la sécurité sociale. il a été établit une liste d’ald (affection longue durée qui me parait être une base intéressante pour les maladies prise en charge à 100% mais ceux ci sous le contrôle médicale par ex si un diabètique de type 2 ne fait pas son régime et bien hop il se prend en charge . de cette manière on diminuera les dépenses de la sécu en limitant le nombre de consultation inutile chez le médecin dont la diminution en nombre sera un problème moindre .

    les patients auront le système de santé qu’ils méritent !