Foire aux questions


    Le 19 août 2014

    Oui, signer une pétition est utile !

    Récemment, nous avons lancé une pétition adressée à Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, pour lui demander un vrai contrôle des fraudes sociales.

    Le 20 juillet 2012

    A quoi servent vos pétitions papier ?

    Si Contribuables Associés communique exclusivement sur certaines de ses actions par Internet, du fait d’une propagation de l’information et de remontées quasi immédiates. Et si les pétitions par Internet sont plus rapides à diffuser, à collecter, et que ce média coûte peu cher (contrairement à des encarts presse, des spots radios, des affiches, etc.), Contribuables Associés se refuse d’abandonner les pétitions papier.
    Tout le monde n’est pas adepte de la communication par Internet !

    Le 20 juillet 2012

    Qu’est-ce que le jour de libération fiscale ?

    Depuis 1999, Contribuables Associés célèbre chaque année le Jour de Libération Fiscale : premier jour à partir duquel les Français cessent, en moyenne, de travailler pour le seul profit de la sphère publique (Etat, collectivités locales, sécurité sociale) et peuvent enfin bénéficier des fruits de leur labeur.

    Le 20 juillet 2012

    Quelles sont les consignes de vote de Contribuables ? Pourquoi Contribuables Associés ne soutient pas des candidats ?

    Comme le précise l’article 4 de nos statuts, Contribuables Associés est une association civique non subventionnée et apolitique :
    « L’association est indépendante des partis et politiquement neutre. Elle ne pourra pas recevoir de subventions publiques. Aucun administrateur de l’association ne peut avoir un mandat électif parlementaire ni une responsabilité ministérielle. »

    Le 20 juillet 2012

    Pourquoi Contribuables Associés défend la démocratie directe ?

    L’objectif premier de Contribuables Associés est la réduction de la dépense publique.
    Or, plusieurs études universitaires ont montré une forte influence de la démocratie directe, dans les pays ou cantons qui la pratiquent, pouvant aller jusqu’à une réduction de 30% de la dépense publique et des impôts, et une baisse de 50% la dette publique.