Le 15 mai 2019

Combien ça vous coûte ? Focus sur le Pass Culture à 80 millions d’euros

Dans le journal de Contribuables Associés « Tous contribuables » nous revenons – une fois n’est pas coutume - sur l’excès des dépenses publiques.

Dans le journal de Contribuables Associés « Tous contribuables » nous revenons sur le « Pass Culture »

Dès qu’il s’agit d’accès à la culture, l’État est généreux avec l’argent public. Dernière initiative en date, le Pass Culture d’une valeur de 500 euros et ce pour… acheter journaux, livres, CD, DVD, des places de cinéma ou de théâtre, et même des jeux vidéo ! Public visé : les jeunes de 18 ans qui pourront acquérir ces « biens et services culturels » via une application à télécharger sur smartphone.

Expérimenté depuis le 1er février auprès de 1000 volontaires, le dispositif pourrait coûter 400 millions d’euros par an s’il est généralisé aux 800 000 personnes qui tous les ans atteignent la majorité. Selon Le Canard enchaîné (édition du 9 janvier 2019), cette opération pourrait ne coûter « que » 80 millions d’euros au contribuable : le ministère de la Culture aurait décidé de mettre à contribution les éditeurs pour fournir gratuitement des contenus, sans que l’utilisateur en soit informé…

Pour obtenir l’intégralité de notre TOUScontribuables, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter ci-dessous !

 

 

Cet article est taggé dans:

Par jamas, le 15/05/19 à 21:03

L’argent public sert à tout, vous dis-je !
La culture, et plein d’autres choses.
Tiens en ce moment Ascoval. A minima12 millions €. d’argent public au pot ai-je entendu pour soutenir la reprise de cette entreprise de sidérurgie par les anglais.
C’est fou. L’argent public qu’on n’a pas sert à tout.
S’il y a un politicien ou un syndicaliste sur le forum, j’aimerais bien qu’il réponde à cette question : pour le salarié du plombier ou du petit commerçant, ou de l’auto entrepreneur du coin qui tombe au chômage, et qui est un français comme les autres, combien d’argent public spécialement alloué pour lui ?
Il y a certainement une logique d’égalité de traitement derrière tout cela.
Mais j’ai un problème, je ne la saisis pas.
Toute réponse est bienvenue.

    Par reiller, le 16/05/19 à 08:18

    @ Jamas.
    Je crois ce soutien à Ascoval bien plus raisonnable, que le discours politique entendu pendant maintes années selon lequel notre avenir était une France sans usines; et hélas mis en application…Le dernier exemple connu est la fermeture à grand coups de trompettes, de nos trois puits de pétrole sous prétexte écologique. Résultat: le pétrole est pompé ailleurs avec beaucoup plus de pollution qu’en France, et notre déficit extérieur en est un peu plus grand.

    Que le capital soit étranger est inévitable dans un pays qui ne veut pas de capitalistes, sauf s’ils sont pauvres.

      Par jamas, le 16/05/19 à 08:42

      @ reiller,
      Que la puissance publique crée de bonnes conditions d’exercice de l’entreprenariat privé, sain et pérenne, au besoin par un protectionnisme raisonné, soit !
      Mais qu’on alloue de l’argent public pour sauver telle ou telle grosse boite qui fera du bruit si elle ferme, (Ascoval, Blanquefort, Gandrange, Continental,…) alors que le malheureux petit employeur local n’a pas les mêmes attention, non !
      C’est la discrimination dans l’aide publique que je vise, l’inégalité de traitement entre les forces vives quand elles sont grosses ou quand elles sont petites.
      Mais peut-être que je me trompe, Peut-être que les millions d’€. accordés aux uns sont en fait également débloqués à due proportion pour les petites boites en difficulté. Je doute un peu quand même.
      Si quelqu’un sait, merci de l’info.

        Par reiller, le 16/05/19 à 17:42

        @jamas.
        Vous avez raison de douter du soutien égalitaire aux PME locales! C’est comme dans la jungle, pour être écouté il faut pouvoir se faire entendre…

          Par jamas, le 17/05/19 à 09:04

          @ reiller,
          Si je compte bien :
          Valenciennes agglo : 10 millions €., région H des F : 12 millions €. , Etat : 25 millions €;. voilà les chiffres maxi que j’ai lu sur le sauvetage d’Ascoval. Aides directes indirectes, prêts ? A préciser.
          En tout état de cause, pour 300 salariés à sauver, ça nous fait environ 150 000 €. d’aides publiques annoncées par salarié !!!
          J’avais déjà mis le doigt sur la question à propos du C.I.C.E. : 40 milliards €. au total pour une estimation de 100 000 emplois créés (estimation à affiner) … soit 400 000 €. par emploi !!! Soit quasiment 13 années de SMIC assurées.
          Vraiment on est bourré d’argent public en France, les caisses publiques sont apparemment archi-pleines. Ou je vais finir par comprendre les américains qui nous font le reproche de fausser la concurrence avec des subventions publiques déguisées dans tous les coins.

          Par jamas, le 22/05/19 à 18:50

          Bon, pour Ascoval et ses 47 millions d’aides publiques promises, si j’ai bien entendu X Bertrand ce jour, il s’agirait plutôt  »d’avances » !!!. A confirmer. A voir quand même si dans tout ça il n’y a pas de l’aide directe, cash.
          Avances, ça veut dire argent remboursable, sans les intérêts dus en général, ça veut dire argent perdu pour la collectivité si la boite n’est pas en mesure de rembourser dans un délai moyen, ne nous leurrons pas.
          En résumé,
          1> la collectivité va certainement emprunter pour réaliser ces avances, donc intérêts pour la pomme du contribuable. Pour l’état déjà c’est clair, vu sa situation financière, ça veut dire des dettes en sus. Pour la Région ça va être soit dettes, soit augmentation d’impôts. Idem pour l’agglomération.
          2> si la boite périclite, c’est dans le baba pour les comptes publics. Comme quand les boites étrangères qui sont venues chercher des subventions ici, délocalisent quelques années après : c’est toujours pertes et profits pour la cagnotte publique.
          Je serais petit plombier de base en difficulté à Valenciennes, j’irais taper X. Bertrand : un bon plan, le Bertrand !

Par reiller, le 15/05/19 à 19:55

Déjà l’idée est questionnable: offrir 500 € de prestations diverses et divertissantes, pour saluer le passage à l’âge adulte a quel sens??
Mais ensuite il faut gérer ce bazar: payer les prestataires, définir les prestations éligibles et résister aux demandes incessantes des prestataires qui voudraient profiter de l’aubaine eux aussi! Surveiller qu’il n’y a pas trop de prestations fictives, etc…
Les contribuables ont bon dos!

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tenez vous informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter et suivez l'actualité de Contribuables Associés
(infos du moment, articles, dossier, vidéos...)

Sécurité et confidentialité