DETTE DE LA FRANCE

    DETTE PAR HABITANT

    Notre combat

    Moins de dépenses publiques pour moins d’impôts !

    Réduire le nombre d’élus et leur train de vie La France compte plus de 600 000 élus. 1 pour 104 habitants !

    Un taux de représentation par habitant 4,5 fois supérieur à celui des États-Unis…
    Outre la réduction de leur nombre, Contribuables Associés préconise la suppression du cumul des rémunérations en cas de cumul des mandats, et des sanctions plus sévères en cas de manquement à son devoir d’élu.

    Accélérer la baisse des effectifs des fonctionnaires, supprimer leurs statuts et abolir leurs privilèges

    La France compte 6,9 millions de fonctionnaires ou assimilés. Un actif sur quatre !
    C’est 30% de plus qu’en Allemagne. Mais ce sont surtout des emplois à vie, des salaires de 15% plus élevés que ceux du privé en moyenne, des retraites minimales garanties accessibles, qui plus est, trois ans avant celles du privé…
    Contribuables Associés milite pour que les nouvelles embauches soient effectuées sous contrat privé, avant de limiter, à terme, les emplois publics aux fonctions régaliennes.

     Réduire la dette publique et les dépenses qui en sont à l’origine

    La dette de la France a dépassé les 2000 milliards d’euros fin 2014, et devrait passer les 100% du Produit Intérieur Brut début 2016. Le traitement de la dette (remboursement et intérêts) est aujourd’hui le premier poste de dépense de l’Etat.

     Responsabiliser financièrement les dirigeants des collectivités locales

    Les effectifs de personnel des collectivités locales (régions, départements, communes, communautés de communes) explosent… Et les dépenses aussi !
    L’État finance plus du tiers des dépenses des collectivités locales, lesquelles se livrent à une véritable course aux subventions. Ceci a assez duré !

    Mais aussi :

    • Faire voter des budgets en équilibre, sans augmentation d’impôts
    • Accroître la lutte contre les fraudes sociales
    • Réduire la pression fiscale pour limiter la fuite de capitaux et de cerveaux à l’étranger
    • Supprimer le financement public des syndicats