50 milliards d’euros d’économies sur le budget 2018, c’est possible ! Agrandir l'image

50 milliards d’euros d’économies sur le budget 2018, c’est possible !

ETU35

Nouveau

Par Philippe Herlin, économiste. Septembre 2017.

32 pages couleur. Format A4. Photos et infographies.

Frais de port offerts

Plus de détails

8,00 €

En savoir plus

 L’objectif de cette étude rédigée par l’économiste Philippe Herlin consiste à identifier les coupes budgétaires réalisables dès le prochain budget de l’État, celui de 2018, sans déstabiliser l’économie, accroître la pauvreté ni rogner sur les fonctions régaliennes. Nous n’abordons pas les réformes structurelles, qui doivent, bien sûr, être mises en œuvre, mais qui mettront plusieurs années avant de produire leurs effets. Il s’agit ici de baisses de dépenses immédiates permettant au nouveau gouvernement de se donner des marges de manœuvre significatives.

  • 50 milliards d’euros d’économies sont possibles dès 2018 sur le budget de l’État, sans tenir compte des réformes structurelles qui viendront ensuite.
  • On entend souvent des observateurs remarquer ou des députés déplorer qu’ils « reconduisent 95% du budget et décident sur seulement 5% ». Nous montrons ici que c’est faux, de larges économies sont possibles sans que les Français en pâtissent.
  • La situation du budget de l’État est catastrophique : pour 2016 son déficit a été de 30,5%, et non pas « proche de 3% du PIB » comme on l’entend trop souvent. Il est urgent d’agir.
  • Des économies sont possibles sans toucher aux fonctions régaliennes. L’État s’est arrogé des missions coûteuses dont la légitimité peut et doit être remise en cause.
  • Se donner des marges de manœuvres budgétaires importantes dès 2018 permet de commencer à réduire le déficit tout en baissant les impôts, de relancer l’économie et de restaurer la confiance. Il sera ensuite d’autant plus aisé d’enclencher les réformes structurelles.

Philippe Herlin est économiste et Docteur en économie du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Il a publié aux Éditions Eyrolles Finance, le nouveau paradigme (2010), Repenser l’économie (2012), France, la faillite ? (2010, 2012), L’or, un placement d’avenir (2012, 2017), La révolution du bitcoin (2013), (2015). Il a obtenu le Prix spécial du Jury du Prix Turgot 2011 pour son premier ouvrage. Il se reconnaît dans l’école autrichienne (Hayek) et dans les penseurs du risque extrême comme Benoît Mandelbrot (l’inventeur des fractales) et Nassim Taleb (l’auteur du Cygne noir). Il est aussi chroniqueur à GoldBroker.com et à Economie Matin, et il intervient régulièrement dans les médias.