Le grand scandale des aides aux entreprises Agrandir l'image

Le grand scandale des aides aux entreprises

EDC10

Nouveau

Le grand scandale des aides aux entreprises

Les Enquêtes du Contribuables n°10

Avril / mai 2015

Plus de détails

3,50 €

En savoir plus

Comment tailler dans les dépenses publiques et réduire de façon conséquente nos impôts ? Ce nouveau numéro des Enquêtes du contribuable vous donne une partie de la réponse : il faut supprimer les 110 milliards d’euros d’aides, directes et indirectes, versées chaque année par l’État aux entreprises.  

Cette politique qui fait des entreprises des assistées ne crée pas un emploi ! Car malgré cette cascade d’argent public, l'économie française ne s'est jamais aussi mal portée, la croissance est en panne et les entreprises sont moins rentables en France qu’ailleurs.

Les aides publiques sont le résultat du lobbying d’acteurs économiques qui ont le bras long. Banques, grands exploitants agricoles, entreprises publiques, groupes de presse, etc. Nombreuses sont les entreprises qui font la manche.

Dans le secteur agricole, par exemple, c’est toujours plus d’aides aux grosses sociétés sucrières ou aux gros propriétaires fonciers comme le prince de Monaco ou les riziculteurs de Camargue. 

Dans le secteur bancaire, le naufrage en 2009 de Dexia, la banque spécialisée dans les prêts aux collectivités locales a fait perdre près de 7 milliards d’euros au contribuable français. Un véritable hold-up !

L’Etat arrose également les syndicats du patronat, qui, sous le prétexte du « dialogue social », engrangent de l'argent public alors que ces organisations patronales disposent par ailleurs de confortables réserves financières.

Subventions directes, crédits et réductions d’impôt, prêts ou garanties financières… État, collectivités locales, chambres consulaires, chacun y va de son obole : on recense plus de 6000 dispositifs d’aides différents que gèrent des dizaines de milliers de fonctionnaires, le chiffre est flou car l’Etat est incapable de dénombrer précisément les agents publics concernés.
C’est le délire bureaucratique : une large part de ces 110 milliards d’euros est dilapidée sans contrôle réel puisque la comptabilité publique ne permet pas de tracer, « avec précision », les montants, le nombre de bénéficiaires et les effets de ces aides.

Alors, plutôt que de distribuer des aides via un système complexe, coûteux, et inefficace, l’État ferait mieux de baisser les impôts et les taxes. Les entreprises ont d’abord besoin d’air ; elles n’ont pas besoin d’aides… Cela serait autant d’économies pour le contribuable…

Sommaire

p3 L’édito de Jean-Baptiste Leon : "Les aides aux entreprises nuisent gravement à la santé de notre économie"

p5 L’actualité des contribuables
p8 Manifestation du 9 mars : succès du défilé contre le RSI
p10 Le grand témoin : Xavier Fontanet
p15 Aides aux entreprises : où va l’argent ?
p16 Au grand bazar des aides aux entreprises
p21 Le prix de la bureaucratie
p23 Aides fiscales aux entreprises : la grande illlusion
p25 Les surprises du crédit d’impôt aux entreprises
p26 Pascal Salin : « Les subventions sont la négation même du capitalisme »
p27 François Asselin : « Les aides allègent une fiscalité insupportable pour nos entreprises »
p28 Syndicats du patronat : par ici la bonne soupe !
p31 Ces lobbies qui accaparent les subventions
p32 Ces entreprises qui font la manche
p35 Banques : à tous les coups elles gagnent !
p38 Aides agricoles : priorité aux riches
p41 Le beurre et l’argent du beurre pour les entreprises publiques
p43 Les bonnes affaires du complexe militaro-industriel
p44 Les subventions à la presse
p45 Un système qui ne marche pas
p46 « O État, ôte-toi de mon soleil »
p48 Richard Loyen : « L’État a trop subventionné »
p49 Des aides peu efficaces
p51 Les deux péchés des entreprises aidées
p52 Le grand pataquès du CICE
p54 Des aides financières qui ne profitent pas aux petits
p56 Inique formation professionnelle
p58 H16 en liberté
p60 Le courrier des lecteurs
p62 Histoire : Poujade fait trembler la IVe République
p67 La chronique fiscale