Le 30 mai 2018

Téléchargez notre numéro sur l’assistanat

Conséquences de la hausse de la fiscalité des chèques emploi service
Téléchargez gratuitement notre dossier spécial " Assistanat" via le module de téléchargement à droite de votre écran.

 

 

Cet article est taggé dans:

Par jamas, le 01/06/18 à 11:28

Sujet en plein dans l’actualité depuis que G. Darmanin, ministre des comptes publics, a dit il y a quelques jours qu’il fallait aussi reconsidérer cette partie des deniers publics, ce en quoi il a totalement raison.
Les aides sociales en France au global c’est quelques 700 milliards €. annuels, c’est tout a fait considérable, pire, gigantesque et scandaleux dans un pays censé être plein d’activité. Chacun, hormis les handicapés profonds, devrait pouvoir s’assumer et acquérir sa respectabilité de par son travail ou ses actifs à lui, et pas en étant à l’affut des fonds publics.
Donc il y a du ménage à faire.
Mais il faut réduire l’omelette par les 2 bouts : réduire les niches fiscales et lutter contre l’évasion fiscale en même temps que mieux sélectionner les aides sociales en direction de ceux qui ne font pas que profiter du système de ce coté.
Sans quoi l’éternelle gue-guerre idéologique stérile qu’on connait trop perdurera.

    Par reiller, le 07/06/18 à 08:25

    @ Jamas.
    J’ai toujours du mal à comprendre que tout ne soit pas fiscalisé, ne serait ce que pour que l’addition des revenus de chacun soit faite.
    Reste les gratuités accordées volontiers par clientélisme pur, souvent local, mais là encore ,ne pas faire payer le prix de revient des services c’est d’abord cacher ce prix de revient, ce qui n’est recommandable que du point de vue des membres des services correspondants.

      Par jamas, le 07/06/18 à 15:09

      D’accord avec vous, tout devrait être fiscalisé pour l’IRPP, les aides, les subventions, les indemnités, les allocations, les primes… Mais il paraît qu’on applique le principe selon lequel on ne reprend pas ce que l’on a donné, même partiellement.
      Certainement encore aussi parce que dans la haute fonction publique et chez les élus, ce genre de  »douceur » foisonne.

        Par reiller, le 07/06/18 à 17:38

        @ Jamas.
        deuxième thèse bien plus vraisemblable que la première, qui voudrait qu’il n’y ait pas d’impôt sur les salaires des agents de l’état en particulier!!

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tenez vous informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter et suivez l'actualité de Contribuables Associés
(infos du moment, articles, dossier, vidéos...)

Sécurité et confidentialité