Les primes illégales des hauts fonctionnaires de Bercy – Contribuables Associés
Le 14 mars 2018

Les primes illégales des hauts fonctionnaires de Bercy

hauts fonctionnaire de Bercy
L’élite du ministère des Finances cache beaucoup de choses aux Français, à commencer par la rémunération des hauts fonctionnaires.

Au fil du temps, Bercy est devenue une forteresse appliquée à défendre ses privilèges. En dépit de leurs incantations sur la baisse de la dépense publique, les hauts fonctionnaires des finances gagnent souvent 30 % de plus que leurs « collègues » (voir « Hauts fonctionnaires : vous payez, ils se sucrent ! »).

Et les mieux lotis d’entre eux perçoivent des rémunérations astronomiques. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même…

Le trésorier-payeur général d’Île-de-France est le fonctionnaire le mieux payé de Bercy. Il a touché en 2015 la modique somme de 21 298 euros net par mois. « Tous les patrons départementaux ou régionaux du fisc, ainsi que certains de leurs adjoints, sont mieux rémunérés que le chef de l’État » explique le journaliste Vincent Jauvert (« Les Intouchables d’État », Robert Laffont).

Téléchargez gratuitement notre dossier spécial sur les hauts fonctionnaires (octobre 2014 – 68 pages) en rentrant votre email dans le module à droite de l’écran

Fin 2017, la Cour des comptes a bouclé sa troisième enquête en huit ans (c’est dire s’il y a un loup) sur les revenus des hauts fonctionnaires de Bercy pour la période 2013 – 2015. Les magistrats financiers ont dénoncé dans un référé spécial, non seulement des salaires anormalement élevés, mais également « des dispositifs de rémunération sans base juridique ».

Autrement dit, les pachas de Bercy, qui planifient au quotidien le matraquage fiscal des Français, se paient sur la bête – ce que l’on savait déjà – mais qui plus est, se versent, toute honte bue, des primes illégales. Un scandale d’État qui en dit beaucoup sur les super-pouvoirs des agents de Bercy.

Des bureaucrates qui font la pluie et le beau temps

Ce ne sont pas les élus, mais bien les hauts fonctionnaires qui calibrent et infligent aux contribuables des mesures fiscales dont ils sont les seuls à maîtriser le contenu.

Impossible pour un ministre de régenter Bercy quand il a son administration sur le dos.

Bernard Zimmern, co-fondateur de Contribuables Associés, rappelle dans son essai « Changer Bercy pour changer la France » (Tatamis, 2015), que Jean Arthuis, ministre de l’Économie et des Finances de Jacques Chirac entre 1995 et 1997, avait dû attendre six mois pour avoir le droit de consulter la liste des 250 agents les mieux rémunérés de son ministère. Il finit par l’obtenir mais sur du papier chimique impossible à photocopier.

Car à Bercy, on aime beaucoup parler d’argent mais jamais du sien…

Les enfants gâtés de l'État

Ce numéro demeure d’une actualité brûlante. Téléchargez gratuitement notre dossier spécial sur les hauts fonctionnaires (octobre 2014 – 68 pages) en rentrant votre email dans le module à droite de l’écran
Photo ministère des Finances : © Shutterstock

 

 

Cet article est taggé dans: , ,

Pour aller plus loin

Un huissier à Bercy au nom des contribuables En annonçant détenir une liste de 3 000 noms de Français fiscalement expatriés et en leur demandant de se rendre au fisc sous peine esanctionnés, le ministre du Budget Eric Woerth a agit envers comme s'il s'agissait de coupables avérés. L'association...
1ère année présidentielle : Les 5 mensonges de François Hollande Chômage, fiscalité, niveau de vie, réduction de la dépense publique, croissance : l’élu corrézien promettait un flot de miel et les français pataugent dans une vallée de larmes.Vingt quatrième Président français depuis le 15 mai 2012, la première...
1700 C'est le nombre d'immeubles que Bercy veut vendre d'ici 2013. Il espère en retirer un milliard d'euros.
Le contrôle parlementaire de la dépense publique Le 14 février 2007, Contribuables Associés réunit les parlementaires à l'Assemblée nationale sur le thème : Le contrôle parlementaire de la dépense publiqueCette rencontre est présidée par Jean-Michel Fourgous, député des YvelinesRésumé du c...

Par reiller, le 14/03/18 à 17:35

Le problème est ici double
L’impuissance de l’exécutif sur la bureaucratie, qui tient d’abord à un problème d’organisation, et en particulier à notre usage de changer de ministre comme de chemise,signifiant par là l’insignifiance ministérielle. Finalement jusqu’à tout récemment être ministre , ce n’était pas avoir mission d’administrer, mais de faire prendre les vessies pour des lanternes afin de gagner les prochaines élection (ministre dit politique!).
Le deuxième problème est comment un élu de passage par définition, peut il administrer des services qui assurent la pérennité de l’état? Les américains pratiquent le spoil système; je me demande toujours pourquoi être ministre n’est pas une promotion au sein des services de l’état.

    Par Regnard, le 15/04/18 à 15:27

    J’avoue être un peu surpris :
    – soit les primes sont illégales, il s’agit alors du délit de détournement de fond public très lourdement sanctionné,
    – soit ces mêmes primes ont un fondement légal, et là, on peut crier, elles vont demeurer « ad vitam aeternam ».

    Par Dernemont, le 08/05/18 à 17:26

    Non seulement Bercy tue des entreprises mais aussi la recherche. Depuis deux décennies, les inventeurs indépendants sont systématiquement spoliés par Bercy via INPI ou le BTP ou les grands Groupes industriels .
    Voir sur la toile les sites: inventer pas rêver et l’état m’a plagié mon brevet d’invention.
    Et on fête l’abolition de l’esclavage et ca c’est quoi ?
    Tous les ministres sont au parfum comme les députés et sénateurs et Macron alors MMM Houlette du PNF que faites vous ?

Par prosper, le 15/03/18 à 12:46

Il paraîtrait que la moralisation de la vie politique est en marche … (lol)
Un ex-sénateur aurait fait récemment un chèque de 150.000 euros au Sénat. Pourquoi ? (Sûrement pas pour les bonnes oeuvres.) Passons (snif) sur la retraite des parlementaires (après un seul mandat par exemple)
La Cour des comptes s’était déjà penchée sur la rémunération des hauts fonctionnaires entre 2013 et 2015, dont elle avait dénoncé le niveau élevé …. Tout ceci a déjà été dénoncé maintes et maintes fois ici et ailleurs( «Les enfants gâtés de l’Etat» etc. …)
On connaît la rengaine : « on s’en occupe » … qu’ils disent.

    Par reiller, le 16/03/18 à 08:46

    @ prosper;
    Je conseille la lecture de l’article de l’iFRAP de 2009 sur la rémunération des trésorier payeur généraux dont la suppression était programmée pour 2012. Ca ressemble furieusement aux conservateurs des hypothèques, qui eux ont bien été supprimés. Autre détail, ils sont syndiqués à FO ,comme les conservateurs l’étaient; l’article cité y voit la raison d’un immobilisme et d’un secret total.
    Il est curieux de retrouver systématiquement FO dans ces corps de fonctionnaires quasi banquiers, et chez les éboueurs de Marseille!

Par jamas, le 16/03/18 à 09:43

On tape beaucoup sur les politiciens, moi le premier, mais la haute fonction publique reste bien au chaud en arrière, protégée par les premiers qui prennent les devants sur la scène médiatique.
La fonction publique de catégorie A, les énarques, ont plombé le pays bien tout autant que les politiciens aux manettes.
Nos 2 300 milliards €. de dettes publiques insurmontables ne sont pas là par hasard et sont d’abord leur fait. Avoir des têtes soit disant bien faites, et gérer le pays en dépit du bon sens, c’est quand même honteux et pas reluisant pour ces 2 catégories de responsables.
Dans le dernier numéro de C.A. j’ai appris que F. Hollande alors président de la république avait baissé sont traitement de 30% en 2012 dans l’espoir de voir la haute fonction publique suivre.
Honneur à lui sur ce point. Mais ça n’a pas suivi. Des salaires publics à 20 000 €. mensuels sont iniques, surtout pour des gens qui n’ont pas eu la vigilance nécessaire à la bonne gestion de nos finances publiques.
La cour des comptes dénonce régulièrement, et les autres se disent dans leur for intérieur : cause toujours !
Il n’y a qu’une prise de conscience générale des français ( aidée modestement par Contribuables Associés) qui pourrait à mon sens y changer quelque chose ; c’est dire si la haute fonction publique a encore de beau jours devant elle. Pour notre grand malheur.

    Par reiller, le 16/03/18 à 14:32

    @ Jamas.
    On peut accuser nos hauts fonctionnaires d’immobilisme, de vivre au temps des diligences pour certains grades honorifiques et forts bien payés (PTG par exemple); on peut s’étonner de la présence quasi monopolistique de FO dans certains corps,….mais que je sache ils ne font pas les budgets, ni la politique, sauf quand ils deviennent ministres, syndicalistes ou élus. et c’est sans doute dans cette porosité entre politiques, fonctionnaires, et syndicalistes que se situe le gros des problèmes: espérer qu’une bureaucratie se modernise toute seule, c’est rêver; recruter politiques et syndicalistes au sein des fonctionnaires, c’est demander à la bureaucratie de se piloter elle même . C’est pourtant la situation puisque les agents de la fonction publique disposent de facilités exorbitantes pour devenir politiques ou syndicalistes. Notez que le grand réformateur ne dit rien sur le sujet!

    A ce travers de nos organisations ,il faut ajouter la difficulté pour les élus de piloter des services qui eux sont permanents et d’une complexité de plus en plus grande: les élus n’ont guère le temps, entre deux élections, de comprendre comment ça marche ,et d’où viennent les difficultés. qu’en dit votre expérience municipale?
    Dernière remarque, être haut fonctionnaire, disposer d’un pouvoir et être sous statut à vie est ce raisonnable?? Et limiter le nombre des mandats parlementaires successifs ne peut qu’aller dans le mauvais sens…

Par jamas, le 16/03/18 à 16:54

Il est bien certain que je ne verrais pas le mandat de conseiller municipal aujourd’hui de la même manière que lors de mon expérience antérieure en la matière.
les budgets communaux sont par exemple montés (à dessin ?) de telle sorte que le commun des mortels n’y comprend rien et qu’il faut quelques années de pratique pour en saisir les subtilités ; les grands décisions sont évoquées après minuit, ça peut aider, ou dans l’urgence, ou à demi mot pour éviter les velléités et les velléitaires, l’augmentation annuelle des taux de taxes est présentée (faussement) comme liée à l’inflation, l’augmentation du prix de de location de la salle polyvalente ou de 100 euros d ‘une subvention à telle association fait naitre des débats enflammés alors que tout le monde est le nez dans ses chaussures quand est abordé la question de la philosophie générale du PLU arrivant à échéance de révision…
Ceci est du vécu. Ainsi va la démocratie locale.
Pour l’échelle des responsabilités devant nos affres financières, je me suis déjà un peu exprimé sur le sujet. En tête des responsabilités, c’est vrai, il faut à mon sens mettre les politiciens avant les hauts fonctionnaires car ce sont quand même eux qui signent au bas des arrêtés engageant les budgets exécutifs. Les hauts fonctionnaires préparent les douloureuses, les responsables politiques signent. Ca fait une petite différence. Donc pour les budgets étatiques par exemple, à mon sens, il faut mettre en tête le P.R. le premier ministre et le ministre du budget et des comptes publics. Les administratifs, préparent l’affaire, tirent les ficelle peut être mais ne signent pas. je me souviens d’un temps sur le forum où Eco Pol voyait les banquiers-créanciers en premier. Non, un chat est un chat.
Mais c’est vrai on peut déloger un élu, par contre beaucoup plus difficilement, voire indubitablement, un haut fonctionnaire qui est, pour rappeler l’actualité, sous statut, donc employé à vie.
Ceci renforce le caractère de  »dangerosité » de l’administratif de haut vol, par rapport à l’élu de haut vol.

    Par reiller, le 16/03/18 à 18:51

    @ Jamas.
    Mais pourquoi maintenir les hauts fonctionnaires sous statut? Ont ils la possibilité de bloquer le pays? Non
    Même interrogations pour les détachements pour activités politiques et syndicales. Qui dans ce pays a intérêt à cet immobilisme?

      Par jamas, le 16/03/18 à 23:07

      à reiller,
      Parce que comme vous le savez on est dans le même sérail pour ces grands représentants ; l’énarchie et ses réseaux alimentant tout autant les élus décideurs de système que la haute fonction publique organisatrice de système. La porosité comme on dit est quasi totale.
      Seule issue, l’opinion publique.
      La baisse du nombre d’élus par exemple. Elle a été poussée par des associations comme C.A., et le public a bien relayé, avec les sondages d’opinion au final gravant tout ça dans le marbre.
      Résultat des courses : quasiment tous les partis sont en train de s’y résoudre, sauf peut-être G. Larcher, et quelques nostalgiques de la France des bonnes tables et des tapis rouges.
      400 députés, c’est presque acquis à mon sens.
      Donc seule issue : sensibiliser l’opinion.
      Après les grands élus à dégraisser, la haute fonction publique peut-être… C’est pas gagné. Ca sera plus dur que pour les grands élus. Mais les choses bougent malgré tout. E. Macron et sa volonté de tout bouleverser est sur ce plan quelque part une chance.
      Et une question se pose aussi : l’ENA nous est elle encore bénéfique en 2018 ?

        Par reiller, le 17/03/18 à 09:14

        @ Jamas.
        L’ENA n’est ni bonne ni mauvaise ,de mon point de vue, c’est une école.

        La ligue des anciens c’est tout autre chose: organisme de défense des intérêts et nombreux privilèges de la corporation des anciens de l’ENA. Mais notre société est pavée à joints étroits, de corporations; et en particulier une corporation par école (il y a même une école pour devenir directeur d’hôpital public!). Tous ces corps ou corporation défendent bec et ongles leurs « acquis » et frontières. C’est un gage d’immobilisme. C’est aussi ,à mon avis, une raison importante de la brutalité de notre société.

        Compter sur un socialiste pour casser cela me parait optimiste puisque l’idéologie socialiste c’est cela: encadrer la société entière à partir de la fonction publique, force armée de l’état tout sachant. J’observe que les réformes s’arrêtent au seuil de la fonction publique (code du travail, formation professionnelle;). Et si M. Macron ,n’aime pas le paritarisme, c’est sans doute que ce machin n’est pas organisé comme une armée, et c’est un euphémisme! Les commentateurs qui disent » casse du service public » à propos de la SNCF se moquent du monde: ce gouvernement fait le strict minimum pour se mettre en conformité avec la loi votée par ses prédécesseurs; et refuser la concurrence quand on la pratique à l’étranger, c’est dur,dur Mais, écoutez bien, aucune proposition gouvernementale pour, ne serait ce qu’informer, les cheminots de la situation de l’entreprise via son CA… L’armée socialiste vous dis je!

        J’aime bien la manière dont vous décrivez votre expérience de conseiller municipal: vous dites des tas choses sur notre démocratie ,ses travers, son gout du secret qui permet de planquer bien des choses sous le tapis. Cela fait avancer le débat. Que ceux qui ont une expérience politique suive votre exemple…

        Réduction du nombre des élus. J’y vois moins de clientélisme local, c’est tout; mais important.

          Par jamas, le 17/03/18 à 15:35

          @reiller,
          E. Macron socialiste ou pas socialiste, je ne sais. Il paraît qu’on n’est jamais trahi que par les siens. En tout cas si E. Macron essaie de tailler des croupières à l’administrationnite aigue, sans trahir votre pensée, ni vous ni moi n’allons nous en plaindre.
          Moi je prends ce qu’il peut y avoir de bon dans les changements d’état d’esprit avancés. Est ce que ça pourra être pire après qu’avant ? Nul ne sait, mais personnellement je prends le risque de choisir le changement même si je n’ai pas voté E. Macron il y a 1 an. C’est vrai dans l’absolu le changement peut être pire que la situation préexistante, ça s’est déjà vu dans le passé. Mais le pire n’est aussi parait il jamais sur.
          Pour la SNCF on entend surtout les porte-paroles de la CGT et de Sud Rail parler de casse sociale. Les partis politiques de gauche sont très discrets jusqu’à présent là dessus. Je pense que ça ressemble à un baroud d’honneur du syndicalisme frontal. 1946 est loin derrière. les paysans à 350 €. mensuels, les nouveaux pauvres et marginaux, les millions de chômeurs, les nécessiteux dans les rues, la mondialisation cruelle pour nous, nos dettes publiques abyssales créent un distinguo nouveau d’importance capitale.
          A mon sens et je me risque, E. Macron joue sur du velours pour cette réforme de la SNCF.
          Réponse dans 2 à 3 mois… après la grève nouvelle formule.
          Merci pour vos bons mots au sujet de ma petite expérience d’élu de terrain mais, à la réflexion et après coup, je ne pense pas avoir fait d’étincelles notoires à l’époque.

Par reiller, le 17/03/18 à 17:26

@ Jamas.
Je ne pense pas qu’il soit possible de faire des étincelles dans ces assemblées …et c’est un vrai problème.Après plusieurs mandats et avec une bande de copains, on doit pouvoir commencer à influer sur le cours des choses … peut être. Donc pas de regrets à avoir.

Une remarque sur la grève perlée: ce n’est pas nouveau à la SNCF. Cette organisation manque de souplesse ,et a du mal à repartir après une grève, les syndicats en profitaient déjà il y a quelques années. La nouveauté est d’annoncer stupidement la durée totale. Quand au succès du gouvernement vous ne prenez aucun risque: on est obligés de le faire, sinon DB par exemple, portera plainte à Bruxelles puisque la SNCF lui fait concurrence en Allemagne. La seule question est de savoir combien ce gouvernement achètera » la paix sociale » ; Sarkosy avait payé cher le recul du départ à la retraite.

Par reiller, le 21/03/18 à 08:46

Suite.
Il y aura en principe un grand perdant la SNCF: je ne vois pas bien les français ne pas s’organiser dès maintenant pour contourner la SNCF, et cette grève prévue pour 3 mois; le seul atout des grévistes, les encombrements sur les routes si les réflexes individualistes sont trop majoritaires.

Par Roess, le 13/04/18 à 17:13

Il serait temps de changer tout ce qui est fonctionnaire pour ce mettre à niveau du public, et être payé au mérite. Les vaches à lait y en marre. Pour la fonction public la retraite est calculée sur les 6 derniers mois. Pour le public les 25 dernières années et on prend les meilleurs années pour ce calcul. J’aurai certainement une meilleure retraite. (1800 euros au lieu de 1280 euros). Vive la France. On me répond qu’en 1968 l’indexation était meilleure qu’en 1998. On se fou de qui ? après 198 trimestres de cotisés 154 pris pour le calcul de la retraite. Le reste pour les tires au flanc……..

Par Barthe Jean-Yves, le 13/04/18 à 19:43

A propos de l’ENA: les élèves, dès leur entrée à l’école, y perçoivent leur premier traitement de fonctionnaires stagiaires donc des études payées par les contribuables, pendant qu’une masse d’étudiants anonymes galère avec des bourses chichement accordées ou des petits boulots. En général issus de milieux sociaux plutôt aisés, en fait ce salariat d’étudiant dès le 1er pas dans leur formation ne peut que renforcer l’évidence chez ces futurs jeunes cadres qu’ils relèvent déjà d’une caste spéciale, à l’abri des tribulations du reste de la société de leur âge. Quant à l’obligation légale de rembourser à l’Etat – à nous contribuables – l’argent qui leur a été donné pour leurs études à L’Ena, s’ils sortent avant les 10 ans obligatoires du circuit de la fonction publique, dans les faits, qu’en est-il ? Qui ira contrôler ? Pour ceux qui passent allègrement de l’Ena, aux cabinets, puis mille détours par exemple à la Banque, la SNCF, les grandes stés, etc puis reviennent à l’Etat, à la politique.. qui ira les suivre à la trace? … Voire leur réclamer ce qui est dû s’ils parviennent, sait-on-jamais, à ces catégories de postes où leur dette est pieusement oubliée.

Par VIVIER, le 13/04/18 à 20:51

Je suis totalement contre la grève de la SNCF car depuis des décennies , sud rail et la CGT n’ont pas cessés de faire leurs grèves habituelles pour obtenir toujours plus d’avantages sans contreparties . Le marché du frêt SNCF est une calamitée et les pertes abissalles!!! stop aux gâchis. ça suffit . Je n’ai pas voté Macron mais il a du pain sur la planche pour moderniser notre belle France !!!

Par MICHEL Claudine, le 13/04/18 à 21:18

Et c’est pourquoi (en faisant la moyenne) on dit que les Fonctionnaires sont des nantis très bien payés !! alors que tous ceux de la base, qui font le travail quotidien sont au SMIC !

Par DERNEMONT, le 14/04/18 à 08:44

Bonjour;
je suis désagréablement surpris que depuis deux décennies les inventeurs indépendants ou salariés sont spoliés par INPI/BERCY/GRANDS GROUPES INDUSTRIELS ET BTP et que rien n’est exploité sur ces affaires. Affaires qui violent la constitution, les droits de l’homme, et la propriété intellectuelle ou industrielle. A l’aube de l’intelligence artificielle je pense que l’on aura besoin de l’intelligence naturelle. Il serait intelligent de révéler cette piraterie ripoublicaine une bonne vingtaine de spoliés se sont exprimés sur le web et ont interrogé les pouvoirs sans avoir de réponse fusse t-elle non intelligente.

Par de Taxis du Poet, le 17/04/18 à 16:33

Dans « Révolution »(XO éditions 2016), Macron fulmine contre les hauts fonctionnaires qui se sont constitués en caste. « Il n’est plus acceptable qu’ils continuent à jouir de protections hors du temps ».
Aujourd’hui, quelle situation ? Des rémunérations à 300.000 voire 450.000 euros par an, une mafia à « toi à moi » et inversement chez les énarques, un REM 150 de 2016 tenu secret et sans effet, sans oublier ce va-et-vient entre public et privé qui monnaye dans le privé la connaissance intime de l’appareil administratif d’État ! Plus grave, silence total, on laisse faire,il est urgent de moraliser ….

Par Pierre Legrand, le 17/04/18 à 22:42

LE PIRE ENNEMI (PACIFIQUE) DE LA FRANCE

Celui qui la brime, l’opprime, la contrôle, lui impose continuellement ses règlementations, ses normes aberrantes, qui pense résoudre les problèmes que par des lois, règlements, des textes souvent incompréhensibles, ou des taxes, des tracasseries et par là décourage et incite à ne plus entreprendre.
Celui dont sont issus une bonne partie de nos dirigeants politiques (les seuls qui peuvent quitter leur poste, éventuellement en garder les privilèges, et y retouner en cas d’échec électoral ) Tout ce monde qui vit hors sol et dont beaucoup son incompétents et incapables (diplôme n’est pas forcément compétence)
Celui qui interdit tout, sauf ce qu’il a oublié, et se dépèche de rectifier quand l’idée lui en vient.
Celui qui a fait de la France une véritable dictature dont on dirait que le but principal est de toujours plus «  emmerder les Français  »
Celui qui a toujours une attitude répressive même envers ceux qui ne comprennent pas, au lieu d’essayer d’abord de les comprendre et d’aider: le gendarme, les contrôles avant tout, et la répression à outrance. Et de plus en plus de Français ne comprennent plus tellement il y a de complications nouvelles.
Répression, répression, répression, par tous les moyen possibles et pour tout.
Celui qui a mis le peuple Français à SON service, alors qu’il devrait LE servir
Celui qui nous submerge de bureaucratie, qui bat les records de bétise, de «connerie » et naturalise des gens fichés S
Celui qui tracassera le Français de souche, mais beaucoup moins celui qui n’est pas vraiment de souche et aura fait bien pire
Celui qui fait ce qu’il veut en faisant parfois semblant d’obéir aux gouvernants quand les ministre sont très volontaires ! (fait notoire, confirmé par la TV) ! qui se contrefiche du gouvernement  !
Celui qui manque totalement du moindre bon sens le plus élémentaire dans la gestion de la France, qui se contrefout de la démocratie.
Celui qui gaspille allègrement l’argent public sans jamais se corriger ni se remettre en question malgré les avertissements depuis des années (Cour des comptes et autres )
Celui qui ne connaît rien à la vie économique, et veut la diriger, qui la paralyse, écrase de charges et d’obligations les entreprises, écrase d’impôts les Français à cause de sa pagaille, de son incompétence, sa gabegie, sa mauvaise gestion et qui ne fait rien pour se corriger ni se réformer, mais taxe toujours plus.
Celui qui paralyse les productifs par la paperasse administrative inutile
Celui qui épuise la vie économique par ses règlementations inutiles ou imbéciles, ses contrôles et ses complications ahurissantes et souvent incompréhensbles et dont il est incapable de mesurer les conséquences
Grâce à cet ennemi, et à sa veulerie, la France dégringole à tous les niveaux: scolaire, médical (manque de médecins programmé il y a 20 ans: numérus clausus) industriel (lois sociales , 35 h, normes ahurissantes etc…), économique, vie sociale (quartiers interdits aux services de l’Etat) etc…. etc …  la pleine déliquescence  !!
Celui qui fait fuir tous ceux, intellectuels ou riches, qui pourraient créer de la richesse dans ce pays et vont le faire ailleurs  !
Celui qui en arrive même à taxer ses propres taxes, un comble ! (cela devrait être interdit par la Constitution )
Grâce à lui, le pays perd sa compétitivité, sa compétence, son prestige (s’il en reste)
et devient invivable (j’ai ressenti plus de liberté en 2013, en Chine, chez l’habitant, confirmé par d’autres français y ayant vécu plus que moi, témoignage similaire au sujet de l’Allemagne)
Personne n’en parle, mais c’est le plus gros problème de la France !!!!!
Cet ennemi, c’est l’Administration Française, sa caste de hauts fonctionnaires, le pire ennemi, le cancer de la France
Faudra-t-il refaire 1789 pour obtenir un réel changement  ???
Y a-t-il un autre moyen  ???
Il faut absolument revoir tous les fonctionnements de TOUTE l’Administration Française, diminuer ses prérogatives, la mettre au SERVICE de la FRANCE
Revoir le fonctionnement des forteresses comme Bercy et les prébendes que s’accordent les hauts fonctionnaires
Et revoir par des gens de BON SENS toutes les lois et règlementations inutiles, imbéciles, paralysantes etc …
Ne ferait-on pas des économies en aidant les Français à être plus efficaces plutôt que de réprimer de façon démesurée, en ayant des actions intelligentes au lieu de cette stupidité répréhensive chronique et démentielle
Plusieurs livres sortent actuellement, ainsi que des articles de presse sur les avantages que s’octroie cette caste de hauts fanctionnaires à nos dépens  !!! il leur suffit d’augmenter des taxes ou des impôts et ils se payent mieux que le Président ou les ministres

Poster votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tenez vous informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter et suivez l'actualité de Contribuables Associés
(infos du moment, articles, dossier, vidéos...)

Sécurité et confidentialité