DETTE DE LA FRANCE

Le 10/12/2007

Combien nous coûte, à vous et à moi, la Sécurité sociale ?

11ème étude publiée par Contribuables Associés réalisée par par Georges Lane professeur à l’université de Paris IX-Dauphine

Combien nous coûte, à vous et moi, la Sécurité sociale ?

Nous devrions pouvoir aisément répondre à cette question, et pourtant… La présentation complexe de nos feuilles de paye décourage trop souvent la curiosité des assurés sociaux. Georges Lane, professeur à l’université de Paris-Dauphine, calcule ici ce que paient à la Sécu – tant en contributions qu’en cotisations, parts « salariale » et « patronale » cumulées – des salariés assujettis au régime général, gagnant respectivement une, deux, quatre ou huit fois le SMIC. Il en ressort, par exemple, qu’un salarié gagnant deux fois le SMIC verse 60,2 % de son salaire net disponible à la Sécurité sociale, et plus du quart à la seule branche maladie !

mono11.jpg

Télécharger l’étude « Combien nous coûte, à vous et à moi la Sécurité sociale ? »

Cet article est taggé dans: ,

Il y a 10 réactions.


Par FERRIER, le 13/12/07 à 15:23

Je suis un ancien commerçant à la retraite et j’ai débuté dans le commerce en 1961,à cette époque il n’éxistait pas l’assurance maladie obligatoire pour les travailleurs non-salariés(commerçant et artisans)j’étais donc couvert par une assurance privée,mais peu de temps après l’assurance maladie est devenue obligatoire pour cette catégorie de travailleurs et par ce simple fait pour avoir la même couverture que j’avais dans le privé il a fallut que je paie le double qu’auparavant,cela réflète bien le système de la sécu qui est lui aussi obligatoire,c’est le système de la solidarité à savoir que celui qui travaille paie pour celui qui ne travaille pas et bien souvent parce qu’il ne veut pas travailler et se laisse vivre sur le dos de la société.Salutations

Par Jean-Charles, le 14/12/07 à 10:26

Excellent papier qui ne vien qu’apuyer ce que je dis autour de moi depuis des années. Pour avoir travailler avec certains des chiffres que vous manipulez dans cette monographie, je confirme leur exactitude et l’état attristant de notre système qui n’est devenu qu’un gigantesque aspirateur à ‘sueur’ du travailleur et de l’épargnant u profit d’un petit nombre qui veut tout sauf gérer correctement l’argent qui lui est confié.

Un bémol de plus, en ce qui concerne ce que cela coûte, vous oublier la ‘gentille’ mutuelle à laquelle tout un chacun côtise. Certes, cela ne va pas dans les caisses de la CNAM, mais il sort bien des notres!

Par NGUYEN, le 14/12/07 à 14:06

On a résolu les problèmes de gaspillage qu’avec des compteurs individuels pour les charges. Les gens ne deviendront responsables que lorsqu’ils s’assurent par eux-mêmes.

Par Claude Cherel, le 28/12/07 à 10:43

Bonjour,

Je viens de découvrir par hasard votre étude nr 11 ‘Combien nous coûte, à vous et à moi, la Sécurité sociale ? ». Merci très sincèrement pour confirmer ce que je pense depuis très longtemps. Et ces 60% qu’un salarié doit payer à l’état ne comprennent pas ce qu’il faut payer ensuite: les impôts sur les revenus, les taxes sur les produits courants (TVA, taxes carburants, etc.). Le résultat total ne doit pas être loin des 80% et peut-être plus…

J’en déduit que ce type d’information est bien caché à la majorité des gens ou alors que les français sont des moutons qui suivent le mouvement sans se révolter.

Votre étude très intéressante porte sur les salariés. Auriez-vous une telle étude portant sur les professions libérales? Mon fils est architecte en profession libérale et il a toutes les peines du monde à payer l’ensemble de ses charges et à faire vivre sa petite famille de deux efants.

Merci pour votre démarche

Claude Cherel

Par Jouanneault, le 15/01/08 à 10:57

J’approuve tout à fait votre étude.
J’ajoute que beaucoup de médicaments nouveaux sont acceptés pour permettre aux laboratoires de gagner beaucoup d’argent, tandis que leurs nocivité et même leur efficacité ne sont pas le soucis du ministère de la Santé !

Par Laversenne-Bezu Odette, le 15/01/08 à 17:40

Tout à fait d’accord avec tous ces commentaires ; aux personnes à la retraite l’on reproche  » leur retraite  » .!!
Toute ma vie ,j’ai cotisé comme employé , ensuite comme artisan , avec tout cet argent gaspillé j’ai fait un calcul : je me serais payé 2 appartements en plein centre ville , il me resterait encore de l’argent placé et ….. ma retraite ne serait pas celle qu’elle est ! quand aux soins , de ma poche ,je sors depuis fort longtemps une moyenne de 40 euros , préférant me soigner par des médecines douces !!! Avec ce que nous avons versé , il est vrai que de beaux immeubles se sont construits , il est aussi vrai que : la CMU nous coûte chere et que , si nous mettions une partie des personnes qui trouvent ce système très intéressant à rester à ne rien faire et , en les employant dans le domaine le plus près de leur compétence à contribution par le travail , tout irait sans doute mieux , et , ne parlons pas des privilèges dont certains (bien placés ) profitent encore de nos jours pour arriver à comprendre que notre argent est sans doute dilapidé bien ailleurs que dans les retraites et les soins …… et que la recherche  » elle  » n’est pas pourvue  » pour l’avancée des travaux puisque …. pas les moyens suffisants .
Désolée d’être aussi lucide mais , « le baratin dont nous sommes abreuvés est » LASSANT « !!!!!

Par de gavelle, le 15/01/08 à 17:50

Seule l’établissement d’une libre concurrence dans l’assurance santé peut ramener une saine gestion. Tôt ou tard l’évolution budgétaire de la Sécurité Sociale obligera à prendre conscience que l’exercice de la médecine est bien une nécessité sociale, qui suppose une grande disponibilité et un constant dévouement, mais ne pourra jamais être, comme c’est actuellement le cas, un commerce ou une industrie, il y va de l’avenir de l’assurance santé. Bien sûr, l’exercice médical doit échapper à la fonctionnarisation et à la bureaucratie, mais il doit être rémunéré à la fonction, et non point à l’acte. Rien ne saurait justifier la volonté de faire fortune dans la santé publique!

Par pierro, le 14/06/09 à 18:30

Ou la la. Que c’est pas beau la sécu!!!! Ben oui, qui a pu avoir cette idée incongrue un jour de dire qu’il faut créer un système qui permettrai à tous de se soigner quel que soit ses revenus. N’importe quoi!!! Vous imaginez tous ces smicards qui ont accès à des chimios quand ils ont des cancers? Quand on connait le prix que ça coute, quel scandale! Et tous ces vieux avec des petites retraites qui sont toujours malades, ils faut les eutanasier!!!! Ils nous coutent du pognon.
Peut être pensez vous que des assurances privées sont préférables. Vous irez vous assurer auprès d’eux quand vous aurez 60 piges, ils vous rirons au nez et vous appliquerons une prime qui vous fera regretter amèrement la sécu.
Faire entrer dans la tête des gens que ce système n’est plus viable alors qu’il l’était il y a 60 ans dans une france exangue, et que notre pays n’a jamais été aussi riche, c’est la un tour de force que ceux qui détiennent le pouvoir économique ont presque réussi. Un peu grace à vous aussi.
Les grands assureurs sont la aussi pour se faire des roupettes en or sur notre dos des que la sécu ne sera plus obligatoire. Quelle belle société on aura alors.

Par Jean, le 02/08/10 à 15:37

Ce n’est pas la sécu qui est remise en cause! C’est ce qu’elle coûte qui est analysé. Une société qui demande 70 à 80% (toutes charges, taxes et impôts confondus) de ce que produit un travailleur, quelque soit le type de travail fournit, est peut-être une société qui a perdu le sens des réalités? Surtout quand la société en question est aussi riche que la France.

Poster votre réaction